Un verger conservatoire à Moulin du Ruy:


Octobre 2008 un verger d’espèce ancienne de pommiers, poiriers et autre arbres fruitié à été planté à Moulin du Ruy.

Discour de Philippe Goffin – Echevin de l’agriculture

« Belle Fleur », « Large mouche », « Reinette Etoilée ». . .CeLa vous dit quelque chose ? Non? Je vais vous aider , ce ne sont ni des noms de bateaux ni des noms de totems scouts l Juste des variétés de pommes qui garnissaient, il y a quelques dizaines d’années les vergers de notre enfance.
A cette époque, toutes, ou presque toutes les maisons, étaient alors entourées d’une prairie plantée d’arbres fruitiers. Je dis bien prairie, pas pelouse. Dans ce temps la, les vaches remplaçaient alors très efficacement nos bruyantes tondeuses actuelles.
A l’automne, les bonnes années, les branches de ces pommiers ployaient sous le poids d’une récolte abondante. C’était aussi le temps des << maraudes »
Ces pommes que l’on récoltait précautionneusement étaient stockées dans la cave. Elles restaient savoureuses jusquà Noel.
Après elles convenaient encore fort bien pour les compotes et les tartes. Plus d’un parmi nous, a le souvenir d’une grand-mere, epluchant au printemps, des vieux fruits presque aussi rides qu elle.
Certaines années, une gelée tardive mettait a mal la récolte. Tant pis, on ne mangerait pas de
pommes cette année. A personne, il ne serait venu lidée, dans nos campagnes, d’acheter des fruits. Si une variété manquait, on se rattrapait sur une autre et finalement, on vivait
avec ce que la nature nous offrait.
C’était une autre époque. Ces vergers, de l’abandon à l’oubli, sont en train de disparaître. Aujourd’hui, pour les jeunes générations, lorsque l’on parle de pommes, il faut entendre « Granny Smith », « Pink Lady » ou « Jonagold ». Pour ces jeunes, et en exagé-
rant à peine, ces variétés poussent en six pack, avec pour pelure de la cellophane transparente. Ces fruits qui sont tous issus de la variété « Golden Délicious » n’ont pas la diversité génétique qui pourrait leur permettre de résister aux maladies et aux aléas climatiques.
Face à ce constat, différents plans de sauvetage ; expression monétaire fort à la mode,
ont été échafaudés par plusieurs organismes.
Tout d’abord, la Région Wallonne et le Centre Wallon de recherches Agronomiques de
Gembioux ont décidé de répertorier et sauvegarder ces anciennes espèces et de les réintroduire.
Mais aussi L’ASBL « La Vallonia » qui organise pour la sixième fois la fête de la pomme.
Le Royal Syndicat d’initiatives de la Gleize, qui par la volonté de son président, Mr Vincent Colson, a déjà eu des contacts préparatoires avec la faculté. Et pour finir la commune de Stoumont qui a organisé en octobre 2007 une vente d’anciennes espèces d’arbres fruitiers, qui a rencontré un succès aussi large que révélateur
Autant de bonnes idées et de volontarisme ne demandaient qu’à trouver un coordinateur. Bien naturellement la commune de Stoumont a accepté de jouer ce rôle.
C’est ainsi qu’aujourd’hui et grâce à toutes ces collaborations :
Le Centre Wallon de Recherches Agronomiques de Gembloux.
L’ASBL « La Vallonia ».
Le Royal Syndicat d’initiatives de La Gieize
La Commune de Stoumont et en particulier le personnel du service des travaux et celui du service des chemins,
nous sommes très heureux, tous ensemble, d’inaugurer ce verger conservatoire d’Anciennes Variétés.
Que tous ceux qui ont contribué à la concrétisation de ce projet en soient ici remerciés.
Vive le verger conservatoire, Vive la fête de la Pomme